Je vote donc je suis ! Contribution publiée dans les colonnes du quotidien WAL FADJRI

Je vote donc je suis !

Contribution publiée dans les colonnes du quotidien WAL FADJRI, l’Aurore du 24 Mai 2007, sous le titre «  Je vote, donc je suis »


     Boycotter les élections législatives du 3 Juin 2007 ?

     Chaque parti politique, chaque militant et chaque citoyen, tous ont la liberté de répondre, chacun suivant ses motivations, par la négation ou l’affirmation à cette question  Cependant l’adhésion au boycott, lourde de conséquences graves mais insoupçonnées, ne peut avoir de sens et peser d’un poids décisif que si elle est partagée et appliquée par une majorité absolue de citoyens inscrits sur les listes électorales.

     Sartre explique que choisir, c’est choisir mais ne pas choisir, c’est aussi choisir. Ainsi, me semble t-il, le boycott est une forme de choix passif, de démission pire de reniement de sa citoyenneté.

     J’avoue que c’est en 1993 que j’ai voté pour la première fois, mettant fin à un long  exil volontaire à l’intérieur de ma propre patrie pour des raisons que je ruminais en moi-même comme bon nombre d’intellectuels sénégalais apolitiques ou plus exactement silencieux sur leurs convictions partisanes  En dépit de tous les  arguments que je peux encore développer pour justifier mon attitude d’alors, avec le recul, je sais que j’avais tort  Avec l’instauration du passage obligatoire à l’isoloir, la liberté et la sécurité du suffrage venaient d’acquérir une garantie non négligeable.

     A l’occasion des élections présidentielles du 25 Février 2007, la présence de prés de 2500 observateurs et le constat qu’ils ont fait rassurent quant à la relative transparence des consultations qui  maintiennent le Président Abdoulaye WADE à la magistrature suprême dés le premier tour.

     Je regrette que les efforts de certains membres de la société civile qui tentaient une médiation entre le pouvoir et l’opposition  initiatrice du boycott des élections législatives prochaines ne soient  pas couronnés de succès. Pourtant je ne crois point que c’est la démocratie  qu’on poignarde dans le dos mais plutôt – et c’est plus alarmant -  le droit de représentation des couches  de la société qui ne se sont pas senties prises en compte par la politique libérale.

     Qui parlera à l’Assemblée Nationale au nom des pères de famille et des ménagères qui souhaitent la baisse sensible du prix des denrées de première nécessité ? Pour ceux qui réclament plus d’assiduité et de sérieux au travail,une juste récompense du mérite, le bannissement du cumul des fonctions, une réduction du nombre des ministres et du train de vie de l’Etat sans oublier un arrêt définitif du tripatouillage de la Loi Fondamentale ?

     Sans aucun doute, en raison du repli sur elle-même de l’opposition dite significative, les élus de l’opposition avisée, clairvoyante et conséquente avec elle-même !

     Sacré Senghor ! Il est parti sur la pointe des pieds et par la grande porte, gardant sans tache son image de poète et d’homme de culture, dés que Ndiombor est entré dans le jeu du pouvoir. Ndiombor qui lui a d’abord dit «  Je contribue » puis, une fois son parti reconnu, a déclaré : « Je m’oppose » non sans lui faire admettre que la meilleure contribution était celle d’une opposition véritable qui  garantissait au Parti Socialiste une place convoitée à l’Internationale socialiste.

     Le boycott, à mes yeux, ressemble au suicide collectif inconscient de partis qui ont sous estimé leur importance qui ne réside point dans leur rang sur l’échiquier politique national mais dans le rôle de régulateurs qu’ils y tenaient assez honorablement. Ces partis ne

participent -ils pas à leur propre neutralisation préméditée et programmée de main de maître par un politicien redoutable qui réussit sans se salir les mains à  faire tomber dans un trou profond comme une fosse commune les ténors de la vieille classe politique et qui prévoit, après son départ, de laisser  la voie libre à une relève plus jeune qui pourra s’attaquer aux défis majeurs  par l’action et parachever les  grands chantiers ouverts ?           

     Le vote est l’acte par lequel le citoyen réaffirme et consolide sa citoyenneté, assumant avec responsabilité sa liberté et son devoir de choisir lui-même un Président de la République, des Députés et des Maires de villes et d’arrondissements.

     Le boycott est une stratégie que je respecte. Il  engage ceux qui l’auront choisi. S’il consistait seulement à manifester le mécontentement et la défiance, il ne serait pas dramatique. En réalité,  au-delà de l’agitation et des vociférations de fauves pris au piège, tournant en rond dans leur cage et grognant d’impuissance, il condamne irrémédiablement  à l’absence et au silence des hommes et des femmes de bonne foi dont la présence sur le terrain politique, la résonance des voix au Conseil des Ministres et dans l’hémicycle du Parlement  comptaient précieusement non pour eux-mêmes mais pour ceux qu’ils représentaient et dont  ils  prenaient en charge les préoccupations et les aspirations.

     Les leaders politiques partisans du boycott actif ont-ils consulté leurs bases respectives ? Se rendent-ils compte qu’ils renoncent à une existence active là où se joue véritablement le destin de la  Nation ? Savent-ils qu’ils privent leurs militants d’une tribune légale à l’occasion des moments privilégiés de rencontre avec l’électorat, qu’ils  les exposent à un louvoiement insupportable pendant toute une législature ?

     Moi, je vote.

     Ne me parlez pas de la majorité mécanique qui a  changé de camp, des députés absentéistes et des autres qui dorment sur leur banc.

     Tant que la politique sera comprise comme un gagne-pain de tout repos et non comme un moyen d’améliorer les conditions de vie du peuple, comme une sinécure et non comme un sacerdoce, elle sera investie, en dehors des vrais politiques qui ne sont pas légion, par des activistes qui savent que le travail  honnête garantit rarement la fortune et le privilège, en Afrique noire.

     Si je vote, c’est pour moi ; c’est pour exister, signaler que je suis bien là, témoin hier, aujourd’hui  témoin.

     Je veux assumer mon devoir de choisir puisque le droit d’être consulté pour lequel on croupit en taule ou meurt quelque part dans le vaste monde  est un acquis irréversible dans mon pays.

     Je vote. C’est ma seule responsabilité. La sécurité de mon acte citoyen, la loyauté de celui que j’ai contribué à faire élire relèvent  d’autres responsabilités.


     Dakar, le 21 Mai 2007.

     Marouba FALL

  

 

Commentaires (1)

1. DawBiown (site web) 29/10/2012

http://cheapviagraqual.com | viagra online | <a href=http://cheapviagraqual.com/#4464>generic viagra</a>

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site