Extrait du recueil de poèmes CRI D’UN ASSOIFFE DE SOLEIL, Dakar, Les N.E.A, 1984, pp 35-36

AIRE D’AVEU
 

Extrait du recueil de poèmes CRI D’UN ASSOIFFE DE SOLEIL, Dakar, Les N.E.A, 1984, pp 35-36.

 

Soleil

Œil bienveillant du ciel sur le monde

Soleil

Qui réveilles la nature au seuil du matin

Qui fais croître la plante et mûrir le grain

Tes rayons réchauffent sur leur lit souterrain les d défuntes générations

Comme en Egypte ancienne Ramsès qui régnait sur les pyramides et le Nil

Tu es le souverain véridique et loyal

Qui met à nu le mensonge et la perfidie

Qui donne la joie de vivre et l’amour du travail

C’est vers toi

Que l’enfant qui naît lance ses vagissements

C’est toi qui fais rayonnant le visage de ma négresse

Et luisants ses cheveux

Tu pétilles dans ses yeux

Tu éclaires son sourire

C’est toi qui perpétues la beauté de l’Afrique sans âge

Qui fécondes la mémoire de ses sages

A l’esprit plus vert que la brousse quand l’hivernage n’a pas trahi l’espérance du laboureur

Soleil

Vainqueur des ténèbres

Tu es l’esprit puissant qui se rit des clameurs


Je t’implore ô Soleil

déverse tes rayons à verse sur la jeunesse

Baigne la de clarté

Que sur la route vers la Cité

Elle ouvre la marche résolue de son peuple

Prête-lui la science et la patience de la sage-femme

Qu’elle aide le monde à accoucher de lui-même.
 
 

 

Commentaires (1)

1. penda diakhaté 11/11/2011

je trouve cet extrait trop beau

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site