Biographie de l'auteur

     Marouba est né en 1950, à Dakar, précisément à la Gueule Tapée, un quartier de la Médina, un 21 Décembre comme Jean Racine, le fameux auteur  de PHEDRE. Coïncidence ou signe du destin de celui que les observateurs considèrent comme l’un des meilleurs dramaturges de son pays et de l’Afrique francophone contemporaine ? 

     Fils d’un maraîcher, Ibra FALL décédé en 2003 et d’une ménagère, Nogoye NDIAYE, il est l’aîné d’une famille peu nombreuse et a grandi dans la célèbre agglomération de Fass, tanière des Tigres qui continuent de s’illustrer dans la lutte traditionnelle, sport national de prédilection des populations sénégalaises. 
 
     Aujourd’hui, il habite avec sa famille à Guédiawaye, en banlieue dakaroise, au sein du peuple parmi lequel, comme il l’écrit, sa conscience a élu domicile.

     En effet, dans le quartier Parc où se niche sa demeure, dans la Commune d’arrondissement de Médina Gounass et dans la ville de Guédiawaye, il se mêle à la vie des jeunes, des femmes et des personnes du troisième âge, donnant des conférences, organisant des Groupements d’Intérêt Economique et assistant les Associations Sportives et Culturelles.

     Depuis l’avènement de l’alternance, il s’intéresse à la politique, conscient que les intellectuels doivent investir de plus en plus l’arène politique pour  en changer les règles au bénéfice du peuple dont les préoccupations et les aspirations méritent un engagement désintéressé. 
 
     Marouba Fall a fait toutes ses études à Dakar. Il ne quitte le Sénégal que pour de brefs séjours à l’étranger où il est invité à des Festivals, des Congrès ou des Rencontres littéraires de niveau international.

     Enseignant de formation, il a d’abord servi en qualité de professeur de français, de 1973 à 1999, successivement, au CEMT filles devenu Collège Martin Luther King, puis au lycée Blaise Diagne et enfin au lycée Seydina Limamou Laye. Ensuite, ayant découvert l’existence d’un établissement secondaire portant le nom de Léopold Sédar Senghor, malgré son horreur pour l’administration scolaire laborieuse et ingrate, il demande et obtient, en Octobre 1999, le provisorat du lycée de Joal fadiouth. Ainsi séjourne t-il pendant cinq longues et difficiles années au bercail du Poète-Président, avant de retourner à Dakar, en 2004, pour diriger le lycée Galandou Diouf jusqu’en Novembre 2006.


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site